Revue de presse


La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 18/06/2024

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 17/06/2024

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 17/06/2024

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 08/06/2024

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 04/06/2024

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 04/06/2024

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 28/05/2024

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 24/05/2024

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 23/05/2024

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 03/05/2024

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 18/04/2024

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 18/04/2024

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 16/04/2024

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 11/04/2024

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 06/04/2024

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 06/04/2024

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 03/04/2024

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 02/04/2024

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 19/03/2024

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 12/03/2024

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 06/03/2024

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 02/03/2024

Séisme en Deux-Sèvres : question au gouvernement sur la reconnaissance catastrophe naturelle

Séance du 27 février 2024.

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 28/02/2024

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 27/02/2024

Le Courrier de l’Ouest – Deux-Sèvres – Edition du 24/02/2024

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 24/02/2024

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 24/02/2024

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 24/02/2024

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 21/02/2024

Le Courrier de l’Ouest – Deux-Sèvres – Edition du 19/02/2024

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 19/02/2024

Sociétés réunies : l’union fait la force

Samedi matin 3 février 2024, dans la salle socio-éducative de Prissé-la-Charrière, Freddy Guibert, le président des Sociétés réunies, avait invité les adhérents à siéger pour l’assemblée générale ordinaire.

Les six entités – le club du parc représenté par Louisette Rivet, la chasse par Romuald Giraud, l’APE par Cédric Rouillon, Games’ville par Amanda Lajouais, la boule en bois par Brigitte Savin et la commune par Denis Ploquin ont participé aux travaux de l’assemblée.

Participaient également à la rencontre Jean-François Salanon, le maire et un adjoint, Roger Marchesseau

Les membres du bureau, chacun dans leur domaine de compétences, ont présenté le rapport moral, d’activités et financier.

L’association affiche une bonne santé financière.

Un panneau lumineux pour communiquer ?

Avec l’idée de mieux communiquer sur les manifestations argensonnaises, Freddy Guibert soumet à l’assemblée l’implantation au cœur du bourg d’un panneau lumineux double face.

L’outil permettrait également une information plus économe et .rapide, sans support papier, à destination des habitants et des passants. Affaire a suivre.

L’organisation de la Fête du pain à Belleville, le 26 mai, a suscité de nombreux échanges constructifs.

Au chapitre des questions diverses et pour la simplification des démarches administratives longues et coûteuses, Freddy Guibert a confirmé la suppression d’un compte bancaire.

Les Sociétés réunies fonctionneront désormais avec un seul organisme.

Le président a souligné la pose d’une nouvelle horloge dans la salle de réunion aux frais de l’association et pour le confort de tous, Il a ensuite communiqué le calendrier des manifestations de l’année (lotos, brocante, choucroute).

L’élection du futur bureau aura lieu le 10 février à 18 h.

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 08/02/2024

Plaine-d’Argenson: Un audit énergétique réalisé sur l’ensemble du groupe scolaire.

Jeudi 1er février 2024, Jean-François Salanon, le maire, a accueilli dans la salle socio-éducative de Prissé-la-Charrière, le conseil municipal pour débattre de nombreux sujets.

Audit énergétique du groupe scolaire.

Un état des lieux détaillé de la performance énergétique et environnementale de l’école a été réalisé dans toutes les classes et les différentes salles utilisées par le personnel et les enfants. Le maire présente la synthèse des plans d’action. Quatre scénarios sont détaillés, ils décrivent les investissements, leurs coûts et l’économie identifiée. Pour le bon choix des travaux à exécuter, l’assemblée décide de poursuivre la réflexion avec un architecte.

Personnel intérimaire.

Le maire est autorisé à signer, avec le Centre de gestion 79, un avenant à la convention pour l’emploi de personnel intérimaire. Lorsqu’il est utilisé, le coût du service passe de 4,5 % à 5 % des salaires bruts.

Balayage sur voirie.

Ce nettoyage ne peut concerner que les voies communales où existent des caniveaux. Le maire est autorisé à signer avec le Sivom de Prahecq une convention pour les trois prochaines années. Ce service est facturé 76 € HT par heure en 2024 et se voit appliquer une TVA de 10 %.

Adhésions aux organismes.

Le conseil municipal renouvelle l’adhésion de la commune à différentes structures : le CAUE, ID 79, le Fredon, la Fondation du patrimoine et l’Association des maires des Deux-Sèvres.

Devis.

Pour l’appartement situé au-dessus de l’école, une fenêtre supplémentaire sera remplacée, ce qui porte le montant total du devis à 4.213 €.

Nouvelle délégation de service public – mobilités.

La ligne de transports en commun n°26 sera prochainement renforcée.

Cheminement doux.

Un état des lieux de l’itinéraire entre l’école et le bourg de Prissé-la-Charrière et ses enjeux est à l’étude. Il faut sécuriser la liaison entre le centre-bourg et l’école, entre l’école et le parc de la commune et réaliser les premiers aménagements vers la commune de Beauvoir-sur-Niort.

Festival 5e Saison.

Jean-François Salanon demande aux conseillers de faire trois choix dans la liste des spectacles de rue proposée.

Démission.

Un agent affecté au service garderie et au temps de restauration scolaire démissionne. À compter du 17 février, il faut repenser l’organisation de travail.

Repas du 16 mars.

Les conseillers se sont penchés sur le menu qui sera proposé aux personnes du troisième âge.

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 06/02/2024

Les boulistes en quête de bénévoles

Au centre, Brigitte Savin, avec les membres du bureau, Jean-François Salanon, le maire, Denis Ploquin, premier adjoint, et Sébastien Guyot, président du secteur bouliste.

Samedi matin, Brigitte Savin, présidente de La Fraternelle bouliste, accueillait dans la salle socioculturelle de Prissé-la-Charrière les joueurs de la boule en bois.

Avant les échanges de vœux, la présidente a demandé aux participants d’observer une minute de silence en mémoire d’Alain Berthonneau, membre du club.

Les rapports d’activité, moral et financier n’ont appelé aucune remarque et ont été approuvés à l’unanimité.

L’effectif des membres du bureau maintenant porté à neuf au lieu de douze, Dominique Rivet, Jocelyne Berthonneau, Dolorès Ducros composaient le tiers sortant.

Comme il se doit, la présidente a fait appel à candidatures.

Après un vote à bulletin secret, ont été élus Jocelyne Berthonneau (22 voix), Dolorès Ducros (05 voix) et Annette Cormann (14 voix), 28 votants ont participé au scrutin.

Le nouveau bureau se réunira jeudi 8 février.

Au chapitre des projets 2024, Brigitte Savin a communiqué les différents concours.

Ceux du mois d’août se dérouleraient les 10, 11 et 15 août avec un repas (plat unique).

Le bureau réfléchit à la tenue d’un banquet en 2024 et s’oriente vers un buffet campagnard le 14 septembre.

Après débats, cette date permettrait de célébrer les 100 ans du club avec les anciens joueurs.

Si la détermination des adhérents est intacte, il faut déplorer le vieillissement des pratiquants qui, à juste titre, s’éloignent des terrains.

L’âge et la crise sanitaire ont eu raison des effectifs, l’association ne rassemble plus que 33 joueurs. La présidente a lancé un appel aux jeunes pour venir jouer ou aider lors des rassemblements.

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 23/01/2024

Plaine de Courance se tourne vers l’avenir

Tradition oblige, Alain Canteau, maire de Fors et président du syndicat de communes Plaine de Courance (SCPC), avait invité ses collègues maires et le personnel de cette collectivité pour le traditionnel échange de vœux.

Jean-François Salanon, maire de Plaine-d’Argenson, accueillait donc cette année la cérémonie intercommunale.

Le premier magistrat a rapidement présenté sa commune qui compte 1.022 habitants et souligné que les services municipaux gèrent 34 logements locatifs, cinq cimetières et trois églises.

Alain Canteau a ensuite présenté ses vœux avant de revenir sur la cohésion entre les communes et sur la compétence enfance jeunesse exercée par le syndicat.

Il a fait remarquer la baisse importante de la natalité, source d’inquiétude pour le maintien des classes sur les territoires ruraux.

Le bilan des activités 2023 est riche.
Thierry Paître abandonne la direction des services après un parcours exceptionnel qui a permis d’assurer le rayonnement des activités déployées sur les douze communes et leurs 14.000 habitants.

Sandrine Proust, qui n’est pas une inconnue, a pris la barre du navire et a évoqué devant l’assemblée de nombreux sujets qui seront abordés prochainement (réunion prime pouvoir d’achat, nouveau matériel de nettoyage, aménagement aux Coccinelles, café des parents, relais petite enfance), elle a salué Thierry Paître pour lui avoir facilité sa prise de fonctions.

« Le professionnel hors pair » quitte progressivement la vie active et demeure encore quelque temps le directeur du foyer-logement de Prahecq et de Beauvoir-sur-Niort.

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 23/01/2024

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 07/01/2024

Sivom : les prévisions financières de l’exercice 2024

Mercredi 20 décembre 2023, Denis Ploquin, président du Syndicat intercommunal à vocations multiples (Sivom), avait invité le comité syndical à délibérer sur les évènements à venir au Sivom et à l’Ehpad de Beauvoir-sur-Niort.

Avant d’ouvrir la séance, il a demandé aux élus d’observer une minute de silence en hommage à Joël Giraud qui a servi sa commune au sein du conseil municipal pendant trente ans.

Parmi les sujets abordés pour le Sivom, la nomination d’un nouveau délégué de La Foye-Monjault : Pascal Adam remplace Thierry Walter.

Budget primitif 2024.

Le président présente le budget prévisionnel qui s’équilibre en fonctionnement à 152.110 € et à 53.380 € en investissement.

Participation des communes.

Le Sivom couvre cinq communes et concerne 5.590 habitants.
Le montant des contributions communales est fixé à 49.254 € pour Beauvoir-sur-Niort,
25.043 € pour Granzay-Gript, 23.648 € pour La Foye-Monjault, 27.402 € pour Plaine-d’Argenson et 24.533 € pour Marigny.

Salle des sports.

Dans le cadre d’évènements sportifs exceptionnels (sélections niveau national, participation Coupe d’Europe, préparations avec des entraîneurs de niveau national), le président peut modifier le planning d’utilisation de la salle.

Ehpad.

Les tarifs pour 2024 ne sont pas fixés à ce jour ; le comité attend la parution de l’arrêté ministériel.

Mise à disposition d’un adjoint administratif.

Pour ce « renfort », une convention sera établie avec l’Ehpad de Prahecq pour mettre à disposition un adjoint administratif en cas d’absence de l’agent du secrétariat de l’Ehpad de Beauvoir-sur-Niort.

Évaluation externe.

Pour l’accompagnement à la préparation de l’évaluation de la qualité prévue au second semestre 2026 le CEAS Vendée est sollicité.
L’évaluation est programmée sur quatre ou cinq jours.

Géothermie.

Le forage à proximité de l’établissement à 32 m de profondeur est sans résultat.

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 27/12/2023

La commune est un « village d’avenir »

Le conseil municipal de Plaine-d’Argenson s’est tenu jeudi 21 décembre, sous la présidence de Jean-François Salanon, le maire.

La commune fait partie des 2.458 de France qui reçoivent le label « Villages d’avenir » (avec, en Sud-Deux-Sèvres, Coulon et Beauvoir-sur-Niort).

Celui-ci doit apporter une aide technique aux communes rurales sélectionnées pour mettre en œuvre leurs différents projets comme la réhabilitation de bâtiments, le développement de services, l’aménagement d’infrastructures ainsi que des aménagements liés à la transition écologique à l’instar du développement d’énergies renouvelables.

À compter du 1er janvier et pour une durée de trois ans, les villages seront accompagnés par un chef de projet, au quotidien.

Le maire rappelle que la commune nouvelle possède trois mairies inoccupées.

Supérette autonome API.

Le local est installé, l’ouverture est prévue le jeudi 4 janvier au matin et son inauguration le même jour en soirée, suivie d’un verre de l’amitié.

Les flyers et catalogues seront distribués en commune par le conseil municipal.
API se charge de la distribution dans les communes voisines.

Subvention.

Deux élèves domiciliés dans la commune sont scolarisés à la Maison familiale et rurale (MFR) angérienne.
Dans ce cadre, une subvention de 100 € sera versée à la MFR.

Chorale Why Notes.

Les choristes se produiront les 20 et 21 janvier dans la salle des fêtes de Prissé-la-Charrière. Le local est mis à disposition gratuitement.

Prochains conseils municipaux.

Ils se dérouleront le 1er février, 14 mars, 11 avril, 30 mai et 4 juillet.

Recensement.

La commune accueille maintenant 1.002 habitants.

Vœux.

La cérémonie des vœux à la population se déroulera le vendredi 12 janvier à 18 h45, dans la salle des fêtes. Elle sera suivie d’un apéritif dînatoire et convivial.

Repas des anciens.

L’événement étant prévu en mars, l’assemblée demande le menu proposé et le tarif du traiteur.

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 26/12/2023

Vingt « villages d’avenir »

Annoncé le 15 juin 2023 par la Première ministre Élisabeth Borne lors de son déplacement dans la Vienne, le nouveau programme « Villages d’avenir » vise à aider des communes rurales porteuses d’une dynamique globale dans la conception et la réalisation de leurs projets.

Il apporte un soutien en ingénierie sur des projets concernant diverses thématiques : logement, mobilité santé patrimoine développement économique…

Dans les Deux-Sèvres, vingt villages ont été retenus.

Ces collectivités bénéficieront à partir de 2024 d’un accompagnement via un « chef de projet État » mis à leur disposition pour les aider dans la conception et la réalisation des projets identifiés.

Les communes lauréates sont Ardin, Azay-le-Brûlé, Beauvoir-sur-Niort, Beugnon-Thireuil, Bougon, La Ferrière-en-Parthenay, La Mothe-Saint-Héray, Pamproux, Plaine-d’Argenson, Plaine-et-Vallées, Saint-Christophe-sur-Roc, Salles, Scillé, Saint-Généroux, Saint-Pardoux-Soutiers, Fenioux, Saint-Aubin-le-Cloud, Coulon, Saint-Aubin-du-Plain et Thénezay.

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 23/12/2023

Plaine-d’Argenson: Énergies renouvelables et démission

Jeudi 30 novembre, Jean-François Salanon, le maire, a invité les conseillers municipaux de Plaine-d’Argenson à débattre, en session ordinaire, sur de nombreux sujets dans la salle socio-éducative de Prissé-la-Charrière.

Démission. Le premier magistrat signale à l’assemblée la démission d’un conseiller municipal : Frédéric Rousseau a informé le maire par courrier qu’il quittait sa fonction d’élu.

Supérette autonome. Elle pourrait être installée le 19 décembre, la date de son ouverture n’est pas encore précisée.

Bâtiments. Différents devis sont présentés : remplacement du simple vitrage en double vitrage pour le logement au-dessus de l’école, la chaufferie et la garderie, pose de volets roulants dans une classe et un logement locatif.

L’assemblée décide la réalisation de ces travaux pour un montant de 11.037 € TTC.

Terrain de football. Cet équipement sera un peu plus utilisé cette saison sportive : le conseil veille à son utilisation en période de pluies.

Broyeur de végétaux. La Communauté d’agglomération du Niortais (CAN) met à disposition de la commune un broyeur de végétaux. Cet outil sera également utilisable par les particuliers, une journée d’accueil permettra le broyage et l’enlèvement des copeaux pour le paillage.

Prime de pouvoir d’achat (anti-inflation). Les conseillers acceptent le versement d’une prime exceptionnelle aux agents communaux en poste entre le 1er juillet 2022 et le 30 juin 2023. Un employé à temps complet percevra 420 € (600 € x 70 %), les employés à temps partiel verront leur prime proratisée en fonction du temps de travail.

Énergies renouvelables. La loi d’accélération de la production d’énergies renouvelables met les collectivités au cœur de la planification énergétique, en leur permettant de définir des zones d’accélération pour le développement de ces énergies. Le débat s’est donc instauré autour des atouts de la commune concernant le photovoltaïque, l’éolien, la biomasse, la méthanisation et la géothermie. Les conseillers municipaux ont porté leur attention sur les distances à respecter autour des habitations. Il est prévu prochainement l’élaboration de cartes sur la base des propositions communales.

Classe de maternelle. Au cours du dernier conseil d’école, les parents d’élèves ont attiré l’attention de la municipalité sur la nécessité de rénover ce local.

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 05/12/2023

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 02/12/2023

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 02/12/2023

Déchets : les très attendus bacs jaunes bientôt déployés sur le territoire de Plaine de Courance

Élus de Plaine de Courance et Dominique Six ont présenté la mise en place des bacs jaunes en 2024.
© (Photo NR)

« On attendait ce nouveau service dans nos communes ! » C’est par ces mots qu’Alain Canteau, président du syndicat de communes Plaine de Courance (SCPC), a accueilli Dominique Six, vice-président de Niort Agglo en charge de la prévention, de la valorisation des déchets et de l’économie circulaire, venu à Prahecq au siège du SCPC, vendredi 24 novembre 2023, pour présenter la prochaine mise en place des bacs jaunes dans les douze communes du SCPC.

Et la maire de Prahecq, Sonia Lussiez, d’abonder : « Il existe une demande des administrés qui nous demandaient : c’est quand les poubelles jaunes ? » Il faut dire que cette attente remonte à l’intégration de Plaine de Courance dans l’agglomération du Niortais.

Démarrage du service en juin 2024

« L’Agglo   a intégré cette demande légitime en harmonisant les niveaux de services rendus à la population avec, comme objectif, de mieux valoriser la production de déchets des ménages », a répondu Dominique Six.

Mettre en place un tel service en porte à porte a nécessité une longue préparation, avec des référents dans chaque commune, un inventaire de tous les foyers, une sensibilisation et des commandes à intégrer sur le plan budgétaire. Plaine de Courance compte en effet 6.500 foyers : la mise en place des bacs en 2024 se fera sur une période de trois mois, pour un démarrage du service en juin 2024.

Les bacs d’ordures ménagères renouvelés

L’Agglo en profite pour changer en même temps les bacs d’ordures ménagères. Une semaine sur deux, les bacs jaunes, fabriqués par une entreprise de Châlon-sur-Saône (Saône-et-Loire), seront ramassés en alternance avec ces nouveaux bacs rouges.

En vrac, vidés et séparés, emballages plastiques, suremballages carton et briques alimentaires, emballages métalliques et papier, trouveront donc un nouveau débouché avec ces bacs jaunes et pourront ainsi être valorisés. Précision : contrairement à la tentation de gagner de la place, les emballages ne doivent pas être mis les uns dans les autres.

Plaine de Courance bon élève

Le tonnage d’ordures ménagères résiduelles va ainsi pouvoir continuer à diminuer. Avec les points d’apport volontaire (PAV), Plaine de Courance ne produisait en effet que 38 kg d’emballages, contre 55 pour l’Agglo. La mise en place, en 2022, des cartes d’accès aux déchetteries, a elle aussi eu des effets bénéfiques et les usagers n’utilisent même pas la moitié des 24 passages gratuits possibles. « On va aussi densifier le nombre de colonnes pour le verre », a ajouté Dominique Six.

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 27/11/2023

Plaine-d’Argenson : avec le PLUi-D c’est non au projet éolien

Jeudi 26 octobre 2023, le conseil municipal de Plaine-d’Argenson était réuni dans la salle socio-éducative de Prissé-la-Charrière pour débattre de nombreux sujets.

Ferme éolienne de Plaine-d’Argenson. Ce projet, qui prévoit l’installation de quatre machines supplémentaires et d’un poste de livraison, a déjà reçu un avis défavorable de la communauté d’agglomération du Niortais et des communes voisines. Après en avoir délibéré et à l’unanimité, considérant que l’élaboration du PLUi-D de Niort Agglo vise à limiter le développement du grand éolien sur le territoire, les conseillers municipaux émettent un avis défavorable au projet éolien de Volkswind situé sur la commune et soulignent l’incohérence de la demande. Ils rappellent que le parc accueille déjà dix éoliennes et qu’il n’est pas nécessaire de le densifier.

Décisions modificatives. Afin de permettre le financement de travaux non inscrits au budget (installation supérette autonome, déplacement d’un lampadaire, branchement forain, achat de plaques chauffantes pour le restaurant scolaire), l’assemblée accepte le virement de crédits entre certains chapitres.

Communes déléguées. Depuis le 1er janvier 2018, la commune nouvelle de Plaine-d’Argenson rassemble Belleville, Boisserolles, Prissé-la-Charrière et Saint-Étienne-la-Cigogne.

À ce jour, la mairie de Prissé-la-Charrière accueille le siège de la nouvelle commune et les trois autres sont devenues communes déléguées. Après quelques années de fonctionnement, les élus constatent que les mairies de Belleville, Boisserollles et Saint-Étienne-la-Cigogne ne répondent plus aux besoins des habitants et ne sont plus consultées. Elles génèrent quand même des frais de fonctionnement incompressibles (téléphone, Internet, reprographie, chauffage, entretien). Le conseil municipal décide de ne plus assurer les permanences des élus dans ces anciennes communes et supprime les différents équipements coûteux et inutiles.

Subvention. La coopérative scolaire recevra une subvention exceptionnelle de 87 €.

Marchés festifs. Le maire rappelle le règlement intérieur des marchés et les tarifs pour 2024 (6 juillet, 7 septembre).

Le dispositif de signalement. Il a pour objet de recueillir les signalements des agents qui s’estiment victimes d’un acte de violence, de discrimination, de harcèlement moral ou sexuel ou d’agissements sexistes et de les orienter vers les autorités compétentes en matière d’accompagnement, de soutien et de protection des victimes et de traitement des faits signalés. Ce dispositif permet également de recueillir les signalements de témoins de tels agissements. Le montant de l’adhésion est fixé à 35 € par an (et 50 € par heure supplémentaire lors d’une intervention). Le maire est autorisé à signer la convention avec le centre de gestion des Deux-Sèvres.

Festival 5e saison 2024. La commune se propose d’accueillir le spectacle d’ouverture. Le parc municipal bien arboré à Prissé-la-Charrière se prête à la manifestation.

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 29/10/2023

Beauvoir-sur-Niort : le conseil municipal dit non au projet de ferme éolienne de Plaine-d’Argenson

Parmi les nombreux sujets abordés jeudi 12 octobre 2023 par le conseil municipal réuni à la mairie sous la présidence de la maire Séverine Vachon, figure celui de la ferme éolienne.

Ce projet, situé sur le territoire de Plaine-d’Argenson, a déjà reçu un avis défavorable de la Communauté d’agglomération du Niortais (Can). Après en avoir délibéré, l’assemblée émet à son tour un avis défavorable au projet éolien de Volkswind sur la commune voisine.

Déclarations d’intention d’aliéner (DIA). Trois biens sont à vendre, la commune n’exerce pas son droit de préemption.

Participation citoyenne. Le dispositif consiste à sensibiliser les habitants en les associant à la protection de leur propre environnement. Le réseau de solidarités de voisinage doit permettre d’alerter la gendarmerie de tout événement suspect ou de troubles de la sécurité des personnes et des biens. La maire est autorisée à signer le protocole de mise en place.

Catastrophe naturelle. L’arrêté portant reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle est publié pour les dommages causés par les mouvements de terrain différentiels consécutifs à la sécheresse et à la réhydratation des sols.

Admission en non-valeur. Une recette de 688 € ne peut être recouvrée, le conseil municipal est contraint d’admettre cette somme en non-valeur.

Voies communales. Pour l’entretien des voies communales, vingt tonnes de point à temps automatique seront employées pour un montant de 22.800 € TTC.

Restaurant scolaire. La chambre froide existante dysfonctionne. Le conseil municipal décide son remplacement, pour un montant de 1.918 € TTC.

Projet photovoltaïque. Le groupement foncier agricole du parc de La Revêtizon souhaite lancer un projet agri-voltaïque dans le parc partiellement clôturé par des murs sur une surface totale de 9,5 ha. Le GFA recherche un partenaire pour financer et exploiter le parc photovoltaïque compatible avec les activités agricoles.

Assurance statutaire. La maire propose d’adhérer à un contrat d’assurance groupe des risques statutaires garantissant les frais laissés à la charge de la collectivité à compter du 1er janvier 2024 au 31 décembre 2027 pour les agents permanents titulaires ou stagiaires. Après avoir pris connaissance des risques garantis, l’assemblée autorise le maire à signer la convention d’adhésion et la convention de gestion. 

 Dispositif de signalement. Il a pour objet de recueillir les signalements des agents qui s’estiment victimes d’un acte de violence, de discrimination, de harcèlement moral ou sexuel ou d’agissements sexistes et de les orienter vers les autorités compétentes en matière d’accompagnement, de soutien et de protection des victimes et de traitement des faits signalés. Ce dispositif permet également de recueillir les signalements de témoins de tels agissements. Le montant de l’adhésion est fixé à 35 € par an.

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 19/10/2023

Why notes, un spectacle choral pour s’évader à Saint-Martin-de-Bernegoue

Laurent Rouillon (au premier plan) au milieu des choristes venus de plusieurs communes entre Beauvoir et Prahecq.
© Photo NR

« Ce sera un spectacle son et lumière ! » assure Laurent Rouillon, chef de chœur de Why notes, une jeune chorale créée à Saint-Martin-de-Bernegoue voici seulement quatre ans. C’est déjà un challenge que de réussir à rassembler pas moins de 45 choristes venus de plusieurs communes, depuis Beauvoir jusqu’à Prahecq, la plus jeune des choristes n’ayant que 13 ans et la doyenne flirtant avec les 96 ans ! Et elle vient de Beauvoir, avec d’autres choristes, même si elle n’est pas de toutes les répétitions.

Il faut dire que Laurent Rouillon, qui a grandi à Saint-Martin-de-Bernegoue, est habité par la musique et le chant depuis ses années collège. Devenu musicologue, il réfléchit à ce projet d’ampleur depuis déjà un long moment, d’autant que le Covid est passé par là. « Le fil rouge, ce sera de s’évader par la musique ! » explique-t-il. Il mobilise ainsi les chants d’esclaves dans les plantations de coton, des films, des grands noms de la chanson française, ou encore un chant basque avec des voix masculines.

Sortir des sentiers battus

« J’avais envie de faire autre chose », précise Laurent Rouillon qui peut aussi s’appuyer sur son expérience acquise dans les concerts ou les spectacles dans lesquels il a œuvré. C’est pourquoi il a sollicité Mathieu Mialon, sonorisateur, en calant même les dates en fonction de son agenda, tant il souhaitait recourir à ses compétences. Car le spectacle fera beaucoup appel aux sons, des chanteurs bien sûr, mais aussi des sons off enregistrés. Et pour que le spectacle sorte des sentiers battus, il fait aussi appel à un apport optimisé des éclairages.

C’est donc un véritable spectacle son et lumière qui se prépare avec les 45 choristes qui seront déployés sur et devant la scène. Le nombre de places de spectateurs dans la salle du Foyer rural en sera donc restreint.

Enfant de Saint-Martin-de-Bernegoue, Laurent Rouillon a tenu à commencer par sa commune de cœur, les 24, 25 et 26 novembre 2023, avant d’aller en janvier 2024 à Prissé-la-Charrière, d’où viennent plusieurs choristes, et ensuite, selon les demandes et disponibilités, de se produite en d’autres lieux.

« Last but not least », les choristes de Why notes eux-mêmes ne découvriront l’ensemble du spectacle que lors des répétitions générales.

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 16/10/2023

Cinq très bonnes raisons de se rendre à la Fête des plantes du Domaine de Péré

Jérôme Chene propose des rosiers botaniques et anciens qu’il faut planter en automne.
© (Photo NR)

La Fête des plantes du Domaine de Péré, à Prissé-la-Charrière (Plaine-d’Argenson), qui se tient jusqu’à demain soir, est l’occasion idéale pour dénicher les plants rêvés qui feront la beauté de votre jardin au printemps.

Les jardiniers sont des contemplateurs patients. Ils savent que pour jouir d’un beau printemps au jardin, il faut s’activer en automne. Ça tombe bien. Jusqu’à ce soir, le Domaine de Péré à Prissé-la-Charrière (Plaine-d’Argenson) ouvre ses portes pour sa traditionnelle Fête des plantes.

Voici cinq bonnes raisons de ne pas rater le rendez-vous.

1. Il faut planter en automne

C’est en automne qu’il faut mettre en terre tout nouvel achat. Explications avec Jérôme Chene, gérant de la pépinière Roses Loubert (Les-Roses-sur-Loire, Maine-et-Loire).

« Nous sommes spécialisés dans les rosiers anciens et botaniques. Si on plante en automne c’est parce que les racines se développent très vite même en hiver, puisque la sève redescend. Ainsi, les plants souffriront moins de la chaleur l’été suivant que s’ils étaient plantés au printemps. Attention, il faut arroser dès la plantation pour éviter les bulles d’air qui emprisonnent le froid. Il faut tailler les rosiers à l’automne avec une petite toilette et une plus grosse coupe fin février, début mars, une fois qu’on est sûr qu’il n’y aura plus de gelées. »

2. 130 exposants

Sur le domaine de Péré sont rassemblés 130 exposants venant de France, Belgique et Angleterre. Des botanistes, pépiniéristes, horticulteurs, créateurs, artisans et artistes. Les exposants prennent place dans le parc mais également dans la maison du Domaine.

3. Une plante fromage

Jean-Marc Parra est spécialisé dans les plantes gustatives. Son entreprise, À la ferme des saveurs, est installée à Hure, près de Marmande (Lot-et-Garonne).

« Cette plante fromage a une odeur de camembert. C’est une vivace rustique grimpante. Elle provient d’Asie. On peut manger ses feuilles crues ou cuites. Au Vietnam, ils l’utilisent comme des épinards. On peut également mélanger ses feuilles à de la salade. Ça donne un goût de fromage. Mais attention à ne pas la planter près d’une terrasse. Ceux qui n’aiment pas l’odeur du fromage l’été… »

4. De la diversité

Au jardin, il n’y a pas que des tulipes et du persil. Cette fête des plantes permet de découvrir une collection nationale de sauges, d’acheter des agrumes rares, des bégonias de collection, des végétaux résistants à la sécheresse, des plantes carnivores, des hostas, des heuchères, des agaves, des graminées, des plantes aquatiques, australes…

5. Des paniers au jardin

Le panier en L’R de Karine Lodeho (La Rochelle) propose notamment des paniers à utiliser au jardin.

« Je travaille avec des coopératives qui fabriquent des paniers en osier et rotin. Ce sont des paniers fabriqués à partir de modèles anciens. On a des paniers pour la cueillette des fleurs, pour le ramassage des fruits, des légumes, mais aussi des champignons, pour la pêche à pied également, puisqu’on est installé à La Rochelle et qu’on vend également dans l’île de Ré. On se rend compte que ces paniers ont été très bien pensés par les anciens qui, par exemple, ont créé un panier spécifique pour le ramassage des pommes. Il est ajouré, ce qui fait qu’il est moins lourd, ce qui compense le poids des pommes. »

Fête des plantes du Domaine de Péré samedi et dimanche de 10 h à 18 h.

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 14/10/2023

Plaine-d’Argenson : Fête des plantes

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 11/10/2023

Niort agglo s’oppose au projet de parc éolien de Plaine-d’Argenson

C’est non : les élus ne veulent pas plus d’éoliennes dans l’agglomération.
© (Photo archives NR, Jean-André Boutier)

Afin de préserver les paysages, le conseil d’agglomération s’est prononcé contre un projet de parc éolien à Plaine-d’Argenson. En parallèle, le solaire est favorisé.

Ce sont quatre mâts d’une hauteur de 100 mètres de haut qui pourraient être installés à Plaine-d’Argenson. Le projet de parc éolien, qui entre en phase d’enquête publique, a reçu un avis négatif de la part du Conseil d’agglomération du Niortais (Can).

Les conseillers se basent sur le nouveau Plan local d’urbanisme intercommunal, qui prévoit une « vigilance particulière » concernant l’implantation de parcs éoliens, notamment en matière de risque d’atteinte aux paysages, et restreint fortement leur implantation dans une large partie du territoire de l’agglomération.

« Pas dogmatique »

À Plaine-d’Argenson, l’Agglomération pointe la proximité des sites éoliens de Beauvoir-sur-Niort, de Breuillac, ainsi qu’en Charente-Maritime. « Ce n’est pas une position dogmatique contre l’éolien, souligne Jacques Billy, vice-président en charge du développement du territoire. Mais il n’y a aucune transparence sur ce projet. » « On est face à un opérateur aux méthodes peu acceptables », appuie Séverine Vachon, vice-présidente au développement durable.

En parallèle, afin de respecter ses objectifs de développement des énergies renouvelables, l’Agglomération prévoit l’implantation de centrales solaires sur plusieurs sites, notamment celui du Vallon-d’Arty, à Niort.

Les Deux-Sèvres comptent 195 turbines en 2022 : c’est trois fois moins que la Somme, le département le plus doté avec 742 éoliennes. La balle est désormais dans le camp de la préfecture, qui doit trancher le projet.

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 25/09/2023

Niort agglo

Le Courrier de l’Ouest – Deux-Sèvres – Edition du 25/09/2023

Plaine-d’Argenson : la supérette connectée sur les rails

Jeudi 14 septembre 2023, le conseil municipal de Plaine-d’Argenson était réuni à la mairie sous la présidence de Jean-François Salanon, le maire.

Supérette connectée. Une convention sera signée avec la société API Distribution SAS pour la mise en place de la supérette connectée place de l’Église. La place sera aménagée afin de l’accueillir. Les travaux sont confiés à la SARL Roche TP de Vallans pour un montant de 15.544 € HT soit 18.653 € TTC.

Décision modificative du budget 2023. Afin de pouvoir régler l’acquisition de panneaux stratifiés pour identifier les arbres du parc de Prissé-la-Charrière, un virement de crédit de 2.200 € est accepté en section d’investissement.

Jeunes. La commune participera au Fonds d’aide aux jeunes et fonds de solidarité logement (FDAJ) à hauteur de 0,25 € par habitant soit une contribution de 249 € et au FSL à hauteur de 0,75 € par habitant soit une contribution de 747 €. 

Parc informatique. Le remplacement de l’ensemble du parc informatique de la mairie est accepté et confié à l’entreprise Soluris de Saintes pour un montant de 5.456 €, soit 7.429 € TTC.

Salle des fêtes. L’association Just dance Niort a demandé le renouvellement de la location de la salle des fêtes de Prissé-la-Charrière pour y dispenser des cours de gymnastique d’entretien de septembre 2023 à juin 2024. Le conseil municipal maintient le tarif de l’année précédente : 550 € l’année.

Subventions exceptionnelles. Le conseil municipal décide le versement de subventions exceptionnelles : 200 € pour les Restos du cœur, 100 € pour le Maroc et la Libye.

Permis de construire. Denis Ploquin est désigné par le conseil municipal pour signer l’ensemble des documents relatifs à la demande de permis de construire du maire.

Projet de carnaval Bouzines et Jeux intervillages. Il est proposé de présenter le projet à l’Association des parents d’élèves et au conseil municipal des jeunes qui seraient porteurs du projet.

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 19/09/2023

PLUI-D

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 06/09/2023

Villeneuve la Comtesse: Les travaux sur la départementale débutent

Deux-Sèvres : un feu de paille se déclare sous des hangars agricoles à Plaine-d’Argenson

Les pompiers arrosaient la paille pendant que la tractopelle l’évacuait dans un champ limitrophe.
© (Photo cor. NR, Bernard Capelle)

L’intervention des sapeurs-pompiers a été sollicitée, le lundi 24 juillet 2023 en milieu de matinée, après que s’est déclaré un incendie sous des hangars agricoles situés à Plaine-d’Argenson.
La gendarmerie s’est déplacée et doit ouvrir une enquête.

L’alerte a été donnée vers 10 h 10 lundi : un incendie s’est déclaré sous des hangars à vocation agricole érigés au lieu-dit « les Cornières » à Plaine-d’Argenson et propriété de la société SCEA-LEM-BG. Placés sous le commandement du lieutenant Sébastien Techeney, six sapeurs-pompiers du centre de secours de Beauvoir-sur-Niort sont alors intervenus.

Les soldats du feu ont d’abord dû neutraliser les panneaux photovoltaïques recouvrant les toits. Avant, à l’aide d’un fourgon pompe-tonne, de s’attaquer aux flammes proprement dites, avec le soutien de l’agriculteur qui a évacué la paille en train de se consumer pour l’étendre dans un champ limitrophe de l’exploitation. Ceci, tout en protégeant le bois situé à proximité.

Du vandalisme avant

Au final, l’ossature métallique des bâtiments n’a pas souffert : mais les sapeurs-pompiers devaient rester une bonne partie de la journée pour éviter toute reprise des flammes. À ce stade, l’origine du sinistre demeure inconnue. Une certitude néanmoins : il n’y avait ni machine agricole ni véhicule sous les hangars, qui abritaient uniquement des bottes de paille et de l’engrais naturel.

Les gendarmes de la communauté de brigades de Frontenay-Rohan-Rohan, qui se sont déplacés dans la matinée de ce même lundi, devraient ouvrir une enquête : depuis deux mois, les propriétaires des lieux seraient victimes de vandalisme, à tel point qu’une plainte avait fini par être déposée auprès de la brigade de Beauvoir-sur-Niort.

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 18/07/2023

Future ligne Oléron-Deux-Sèvres:
les dix communes des Deux-Sèvres potentiellement traversées

Soixante-dix éoliennes comme celle-ci doivent composer le parc Sud-Atlantique. Ici, les éoliennes du parc au large de Saint-Nazaire.
© (Photo RTE)
RTE vient d’être autorisé à entrer dans les propriétés privées de ces dix communes des Deux-Sèvres pour préparer le raccordement électrique du futur parc éolien Sud-Atlantique.

Dans le cadre du programme national de développement des énergies renouvelables, RTE travaille à la création de parcs éoliens off-shore.

Après un premier parc mis en service fin 2022 (quatre-vingts mâts au large de Saint-Nazaire), d’autres seront activés à Dieppe, Fécamp, Courseilles-sur-Mer, Saint-Brieuc ou Noirmoutier…

L’un des parcs suivants sera érigé à une quarantaine de kilomètres au large de l’île d’Oléron.

Baptisé Sud-Atlantique, il sera le premier parc français « posé » en grande profondeur (60-70 mètres). Il sera composé de 70 éoliennes d’une puissance de 15 MW chacune (elles devraient mesurer 270 mètres de haut, pales comprises, et seront réparties sur une aire de 180 km2) pour une capacité de production de 1.000 MW (mégawatts) (1).

> À LIRE AUSSI. Ce que l’on sait de la future ligne Oléron-Deux-Sèvres

130 kilomètres de raccordement enterré

Depuis plusieurs mois déjà, RTE travaille sur le raccordement (environ 130 kilomètres pour un coût total d’un milliard d’euros) du futur parc au réseau électrique existant, c’est-à-dire à la ligne à très haute tension entre Granzay-Gript et Saintes.

Ce tronçon terrestre sera intégralement enterré, les câbles (13 centimètres de diamètre) seront posés à environ un mètre de profondeur dans une tranchée d’un mètre de large maximum.

Onze communes, trois fuseaux possibles

Afin de déterminer les tracés dits « de moindre impact », RTE vient d’être autorisé par la préfecture des Deux-Sèvres à pénétrer dans les propriétés publiques et privées, qu’elles soient fermées ou non, ainsi que dans les bois soumis au régime forestier dans onze communes des Deux-Sèvres : cette autorisation, valable pour les cinq ans à venir, soit jusqu’au 5 juillet 2028, concerne Beauvoir-sur-Niort, Épannes, Granzay-Gript, La Foye-Monjault, La Rochénard, Mauzé-sur-le-Mignon, Plaine-d’Argenson, Prin-Deyrançon, Val-de-Mignon et Vallans.

Sur cette carte, les dix communes qui seront potentiellement traversées par la future ligne enterrée entre Oléron et les Deux-Sèvres.
© (Infographie NR)

Les agents de RTE pourront y planter des balises, établir des jalons, piquets et repères, pratiquer des sondages et fouilles, abattre, élaguer ou ébrancher des arbres si nécessaire (mais dans le respect de la loi), effectuer des relevés topographiques, des bornages et arpentages… « et autres travaux ou opérations que les études et l’élaboration des projets rendront indispensables ».

En revanche, ils ne seront pas autorisés à entrer dans les maisons et devront être en mesure de présenter une autorisation à quiconque la demandera.

Initialement programmée avant cet été 2023, la présentation des trois fuseaux possibles a été reportée au premier semestre 2024.

Le lancement des travaux est jusqu’à présent prévu pour 2027-2028 avec une entrée en production après 2030.

(1) L’État a également prévu la possibilité, par la suite et au-delà de ce premier parc, d’un second site off-shore qui aurait le même potentiel de 1.000 MW et s’étendrait sur 250 km2.

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 18/07/2023

Plaine de Courance

Le siège du syndicat Plaine de Courance à Prahecq.
© Photo NR

Le conseil syndical de Plaine de Courance a réuni les délégués des douze communes membres sous la présidence d’Alain Canteau en son siège, à Prahecq, ce 28 juin 2023.

Compte administratif. Séverine Vachon, vice-présidente du SCPC, a présenté le compte administratif qui se traduit par des dépenses de fonctionnement de 2,8 millions d’euros pour 3 millions d’euros de recettes. Les dépenses sont constituées à 82 % par la masse salariale concernant les 70 personnels en grande majorité composés des Agents spécialisés des écoles maternelles (Atsem), des centres de loisirs, des structures multi-accueils et du siège administratif. Les recettes proviennent à 63 % des participations des communes qui ne seront pas augmentées. En effet, le président, Alain Canteau, a souligné qu’il s’agissait « d’un budget bien géré, avec des clignotants au vert et une trésorerie sécurisée ». Un excédent de fonctionnement reporté de 1,4 million d’euros monte le budget global 2023 à 4,3 millions d’euros en fonctionnement.

Portage des repas. Ce service est géré dans un budget annexe de 156.000 € de dépenses et 149.000 € de recettes.

Personnels. La question des remplacements de personnels en congés ou en arrêts pour raisons de santé a donné lieu à des échanges entre délégués. Thierry Paître, directeur général des services, a en effet souligné qu’il était difficile de recruter des personnels de remplacement : « C’est à chaque fois pour quelques heures. » Dans un premier temps, le conseil décide de créer deux postes d’agent social contractuel pour élargir les possibilités de recrutement. Dans un second temps, une réflexion s’est engagée sur la possibilité avancée par le président du SCPC de créer « un pool de remplacement ». Il pourrait être constitué avec deux ou trois personnes polyvalentes puisqu’elles pourraient intervenir par exemple dans les écoles maternelles ou dans les crèches multi-accueils. Cela nécessiterait aussi de proposer « des contrats suffisamment attractifs, notamment en nombre d’heures ». Les délégués se déclarent favorables à cette évolution et poursuivront la réflexion dans les mois à venir.

Matériels d’entretien. Après des études menées dans les écoles et discussion en commission, le conseil décide « d’homogénéiser les matériels d’entretien mis en œuvre dans les écoles ». Les chariots de ménage ou les aspirateurs étaient en effet très disparates. Cette homogénéisation facilitera le travail des agents passant d’une école à une autre.

Directeur. Le SCPC est toujours à la recherche d’un successeur à son directeur des services, Thierry Paître, avec des compétences de gestionnaire, le sens du management, et un intérêt pour l’enfance et la jeunesse.

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 04/07/2023

Bibliobus

Prissé-la-Charrière : la Fête des plantes et du jardin de Péré, une histoire de famille

Virginie de Haldat imagine des bijoux à partir du plastique, qu’elle chauffe, des bouteilles.
© (Photo NR)
Parmi les 133 exposants de la 48e Fête des plantes et du jardin de Péré, qui se tient les samedi 10 et dimanche 11 juin 2023, on trouve la fille aînée de l’hôte des lieux : Virginie de Haldat crée des bijoux à partir de bouteilles en plastique.
Partenariat NR

Bonne balade ! Belle promenade ! Sous son barnum érigé juste derrière l’imposante maison du domaine de Péré à Prissé-la-Charrière, commune déléguée de Plaine-d’Argenson, c’est avec ces mots que Virginie de Haldat saluait les curieux qui venaient de s’arrêter devant son stand où trônent quatre bouteilles en plastique au milieu de bijoux par dizaines : la bouteille en plastique, justement, c’est la base de ses créations, toutes uniques et parfois agrémentées de perles de seconde main.

« J’ai grandi ici, j’y ai de super souvenirs ! »

Virginie de Haldat, 57 ans, fait partie des 133 exposants de la 48e édition de la Fête des plantes et du jardin de Péré, qui s’est ouverte le samedi 10 juin 2023. Depuis sa première participation à la mi-2022, elle y est comme chez elle. Et pour cause : elle est l’aînée des quatre enfants de l’hôte des lieux, François-Xavier Bastard de Crisnay, 86 ans.

Pour l’organisateur et hôte des lieux, François-Xavier Bastard de Crisnay, rencontré dans la matinée du samedi 10 juin 2023, la journée « s’annonçait bien ».
Pour l’organisateur et hôte des lieux, François-Xavier Bastard de Crisnay, rencontré dans la matinée du samedi 10 juin 2023, la journée « s’annonçait bien ».
© (Photo NR)

Oui, confirme la quinquagénaire, la Fête des plantes et du jardin de Péré, c’est avant tout « une vraie histoire de famille » : durant la seule matinée, deux de ses quatre enfants à elle s’affairaient à la billetterie quand un cousin saint-maixentais est venu lui apporter un café. Son époux rochelais, Marc, n’était pas bien loin non plus. « Tout le monde se mobilise et c’est justement l’occasion de se retrouver en famille, sourit celle qui est installée à Saint-Guilherm-le-Désert, dans l’Hérault. J’ai grandi ici, j’y ai de super souvenirs ! »

Chaque création de Virginie de Haldat est unique : après les bouteilles en plastique, elle envisage de passer aux bidons de lessive et aux flacons de shampoing.
Chaque création de Virginie de Haldat est unique : après les bouteilles en plastique, elle envisage de passer aux bidons de lessive et aux flacons de shampoing.
© (Photo NR)

Chemin de compostelle

Née à Niort, Virginie de Haldat a quitté les Deux-Sèvres au moment de ses années lycée, pour se lancer dans le graphisme publicitaire : elle passera par Bordeaux, en Gironde, puis Paris.

Alors tout juste trentenaire, elle a connu la première Fête des plantes et du jardin de Péré avec « quinze exposants », donc son évolution loin du « business ». Son parcours de vie la conduira dans l’équipe pastorale d’un collège privé de Montpellier, où elle fut en charge du volet solidarité.

Entreprise zéro déchet

Un matin, au sortir de 900 km couverts à pied sur le chemin de Compostelle, c’est le déclic : elle entend « créer quelque chose » à partir des bouteilles en plastique vides, « dix millions étant jetées chaque jour dans le monde. Ça me désespère… ».

Plusieurs milliers de visiteurs sont attendus tout au long du week-end des 10 et 11 juin 2023.
Plusieurs milliers de visiteurs sont attendus tout au long du week-end des 10 et 11 juin 2023.
© (Photo NR)

Après des essais pour chauffer la matière, l’autoproclamée « autodidacte » en fera des créations éthiques à l’aide d’un chalumeau, uniquement des colliers et des boucles d’oreilles pour l’heure. Son credo ? « Au-delà du bijou, un message. » Auto-entrepreneuse depuis l’automne 2021, Virginie de Haldat est « en train » de se faire classer entreprise zéro déchet.

La 49e édition se tiendra le week-end des 14 et 15 octobre 2023

La 48e Fête des plantes et du jardin se poursuit le dimanche 11 juin 2023, de 10 h à 19 h, sur douze des trente hectares du domaine de Péré, à Prissé-la-Charrière, commune déléguée de Plaine-d’Argenson. Tarif : 7 €, réduit à 1 € pour les étudiants et demandeurs d’emploi sur présentation d’un justificatif, gratuit pour les moins de 16 ans. Restauration sur place. La prochaine édition aura lieu le week-end des 14 et 15 octobre 2023.

Renseignements au 06.08.23.67.92 ou via le site internet www.fetedesplantesdepere.fr

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 10/06/2023

Le Courrier de l’Ouest – Deux-Sèvres – Edition du 09/06/2023

Sortie

Deux-Sèvres : les 10 et 11 juin, la 48e Fête des plantes de Péré, arrive à un tournant

Une nouvelle fois, une grande partie des exposants prendra place dans le parc du domaine.
© (Photo NR)

Les 10 et 11 juin 2023 à Prissé-la-Charrière, la 48e édition de la Fête des plantes et du jardin, sera la plus importante jamais organisée avec 133 exposants de toute la France. Après 27 ans d’existence, une génération va passer la main.

Des glaces bios fabriquées avec des plantes de l’île de Ré. Des poésies dessinées à la ligne épurée, où le végétal occupe la place centrale, signées Chloé allias Pena Sim. Du papier fabriqué à la main, 100 % coton issu des déchets de l’industrie textile, avec graines bios et pétales séchés, les fleurs étant cultivées dans une ferme familiale et ramassées à la main dans le nord de la France. Des pots de fleurs en textile récupéré sur des bateaux.

Ce sont quelques-unes des nouveautés de la 48e Fête des plantes et du jardin du domaine de Péré, à Prissé-la-Charrière, les 10 et 11 juin 2023.

« Les précurseurs des jardins urbains citoyens »

« Depuis le début, j’ai construit la Fête des plantes comme ça, comme une architecture », explique son créateur, François-Xavier Bastard de Crisnay.

Une architecture, ou la distribution d’une pièce de théâtre. Aux côtés des grandes collections botaniques habituelles, on trouvera sur place déco, mobilier de jardin, bijoux floraux ou en vrilles de vigne, plantes de bord de mer et plantes carnivores, sauges et vivaces, produits artisanaux à la rose et gelée de thé.

Avec 133 exposants de toute la France, ce sera la plus grosse fête jamais organisée à Péré. Une vingtaine de nouveaux font leur entrée dans une liste où les places sont chères : Péré compte désormais parmi les trois événements de référence dans le genre en France. « Les nouveaux exposants, c’est par le bouche-à-oreille qu’ils viennent à nous », souligne François-Xavier Bastard de Crisnay.

L’année 2023 sera en tout cas charnière. Car une génération d’horticulteurs et de pépiniéristes, qui accompagne l’événement depuis la toute première édition, 1996, arrive à la retraite. Ainsi, fidèle parmi les fidèles, la collection de pivoines venue des Pays-Bas. D’où la décision de commencer à injecter du sang neuf.

Parmi les invités, comme c’est maintenant le cas depuis deux ans, Jardinot, association des jardins ouvriers cheminots, qui proposera un atelier sur les oiseaux et les insectes qui les nourrissent. « Ce sont les précurseurs des jardins urbains citoyens qu’on connaît aujourd’hui, considère François-Xavier Bastard de Crisnay. Jardiner est le moyen de faire quelque chose ensemble, cela relève d’une philosophie citoyenne du partage : il ne faut pas passer à côté. »

pratique:

Quand. Samedi 10 et dimanche 11 juin de 10 h à 19 h.
Où. Domaine de Péré à Prissé-la-Charrière, commune de Plaine-d’Argenson.
Tarifs. 7 €, réduit à 1 € pour les étudiants et demandeurs d’emploi sur présentation d’un justificatif, gratuit pour les moins de 16 ans.
Restauration. Une dizaine de points de restauration avec différentes cuisines et différents budgets, seront en permanence disponibles sous 1.000 m2 de couverts.
Contact. Tél. 06.08.23.67.92.
fetedesplantesdepere.fr

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 05/06/2023

Le PLUI-D approuvé par le conseil

Plaine-d’Argenson : le Plan local d’urbanisme intercommunal approuvé par la commune

Après avoir accueilli, jeudi soir 1er juin 2023, Jacques Billy, vice-président de la Communauté d’agglomération du Niortais (Can) en charge de l’aménagement du territoire, et Manuela Baty, cheffe de projet, venus présenter le projet de PLUi-D, Jean-François Salanon, le maire de Plaine-d’Argenson, a ouvert la séance du conseil municipal.

PLUi-D. Le Plan local d’urbanisme intercommunal-Déplacements est un outil de planification qui s’appliquera pour les dix ans à venir « de façon cohérente » sur le territoire des 40 communes, lesquelles donneront leur avis avant le 26 juin. L’enquête publique unique se déroulera du lundi 4 septembre au jeudi 5 octobre. Le PLUi-D de Niort Agglo sera ensuite arrêté et applicable début 2024. Pour Plaine-d’Argenson, le compte foncier communal s’établit ainsi pour l’habitat : densification : 1,38 ha, extension : 1,81 ha, soit un total de 3,19 ha. Quelques observations seront ajoutées à la délibération concernant ce document d’urbanisme.

Taxe d’aménagement. Elle s’applique sur toutes les constructions déclarées. Actuellement, le Département perçoit cette imposition à hauteur de 2,5 %. Sur le territoire de Niort Agglo (40 communes), seule la commune de Plaine-d’Argenson n’a jamais mis en place cet impôt. La commune souhaite conserver son attractivité et n’instaure pas la taxe d’aménagement.

Sigil. L’assemblée autorise le maire à signer la convention pour le renouvellement du partenariat. Pour un montant annuel de 400 € HT, l’application en ligne est dédiée à la gestion et l’instruction des dossiers relatifs à l’urbanisme.

Éclairage public. Le conseil municipal vote le remplacement des ampoules du parc d’éclairage public par des ampoules Led. Le montant des travaux, fixé à 103.000 €, est très fortement subventionné.

Convention Engie Green. Le fournisseur d’énergie verte offre son concours pour les travaux d’éclairage public, l’aide apportée sera de 15.000 €.

Stérilisation des chats. La nouvelle convention concernera dix animaux.

Protection des bâtiments communaux. Suite aux nombreux vols, le conseil décide l’installation d’un système d’alarme. Le devis est accepté pour un montant de 6.920 €, avec la signalétique et l’abonnement annuel est fixé à 138 €, à la condition que le prestataire donne suite dans les 48 heures en cas de besoin.

Feu d’artifice du 15 août. Si les textes en vigueur le permettent, l’assemblée accepte de tirer le feu d’artifice la soirée du 15 août, jour de tournoi pour la boule en bois. Un accord de financement est trouvé avec l’association La Fraternelle bouliste(une abstention). Coût total : 4.000 €.

Décision modificative. Un virement de crédit est accepté pour un montant de 4.200 €.

14 Juillet. L’assemblée fixe le programme de la journée et établit le menu. 

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 05/06/2023

Festival La 5e Saison

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 29/05/2023

Justice

Le Courrier de l’Ouest – Deux-Sèvres – Edition du 25/05/2023

Un trio de malfaiteurs interpellé après une série de vols dans le sud des Deux-Sèvres

Les voleurs ont été interpellés après un long travail d’investigation des gendarmes de Frontenay-Rohan-Rohan.
© (Photo d’illustration archives, Jean-André Boutier)

Le 22 mai 2023, trois jeunes ont été placés en garde à vue par les gendarmes. Ils sont soupçonnés d’avoir commis d’importants vols à travers tout le sud du département.

Grâce au travail d’enquête des gendarmes, le trio infernal a mis fin à ses méfaits. Trois jeunes, un homme de 22 ans et une femme de 19 ans, en couple, ainsi qu’un ami lui aussi âgé de 22 ans, ont été interpellés, lundi 22 mai, par les gendarmes de la brigade de Frontenay-Rohan-Rohan, pour une série de vols commis à travers le sud des Deux-Sèvres.

Début avril, un homme dépose plainte pour le cambriolage de sa caravane, située sur un terrain d’habitation à Granzay-Gript. Du matériel d’animation de soirée a été dérobé, pour un préjudice s’élevant à 3.000 €. Mais quelques semaines plus tard, la victime repère une partie de son matériel volé dans un magasin d’achat-revente d’occasion.

Convoqués devant le tribunal en novembre

En remontant la piste, les gendarmes identifient trois personnes, les interpellent et les placent en garde à vue le 22 mai. Au fil des auditions, le trio va finir par reconnaître d’autres vols. Sur la commune de La Foye-Monjault, en mars, où 300 litres de carburants ont été dérobés. Ensuite, le vol de matériel électroportatif dans les ateliers municipaux de Plaine-d’Argenson, en avril. Enfin, toujours à Plaine-d’Argenson, les trois compères ont reconnu avoir volé des batteries pour tracteurs dans un hangar agricole.

Placés sous contrôle judiciaire, les trois jeunes sont convoqués devant le tribunal correctionnel de Niort le 23 novembre prochain pour « vol et recel de vol ».

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 24/05/2023

Derniers réglages pour la première édition du Palf

Sébastien Garnier, Geoffrey Oger et Olivier Trouvat présentent l’affiche du festival.
© (Photo NR)

La première édition du Palf (Plaine-d’Argenson ludique festival) était présentée sur grand écran jeudi 11 mai lors d’une réunion dans la salle socio-éducative de Prissé-la-Charrière.

Les 2, 3 et 4 juin, le parc municipal de Plaine-d’Argenson à Prissé-la-Charrière accueillera le festival du jeu Sud-Deux-Sèvres. Pour cet évènement, le maire, Jean-François Salanon, précise que « la commune met à disposition gratuitement le site communal bien arboré, avec ses équipements et les salles de réunion à la condition que l’accès au festival soit gratuit pour tous les publics ».

La manifestation a pour objectif de promouvoir les activités liées aux jeux et dans toutes ses déclinaisons (escape game, jeux de société, jeux vidéo, jeux de rôles, jeux de plateaux).

Ce premier week-end de juin, plusieurs animations prendront place : fan’s league, cosplay, flippers, escape game, jeux d’extérieur, espace petite enfance, chasse au trésor, tournois, boutiques et autres animations ludiques.

Actuellement, plus de dix associations sont engagées et seront présentes le vendredi dès 19 h 30, le samedi et le dimanche dès 10 h. Restauration possible sur place.

Un appel aux bénévoles et aux sponsors est lancé.

Renseignements complémentaires auprès de Geoffrey Oger, fondateur du projet Palf, Sébastien Garnier, référent local Palf, Olivier Trouvat, palf.contact@bbox.fr ou ludiquement.votre.asso@gmail.com ou 06.59.53.63.05.

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 16/05/2023

Conseil municipal

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 08/05/2023

ADMR de Beauvoir-sur-Niort

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 02/05/2023

Déchets – Collectes

Le Courrier de l’Ouest – Deux-Sèvres – Edition du 02/05/2023

La ligne Niort-Royan se remet en forme

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 17/04/2023

Les taux d’imposition maintenus

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 10/04/2023

Finances Publiques Actualités Collectivités Communes Nouvelles

Beauvoir-sur-niort: le PALF présenté au public

Debout à gauche, Geoffrey Oger ; assis troisième en partant de la gauche, Sébastien Garnier ; debout à droite, Jean-François Salanon.
© Photo NR

La première édition du Palf (Plaine-d’Argenson ludique festival) a été présentée mercredi 22 mars 2023 à Beauvoir-sur-Niort.

Les 2, 3 et 4 juin, le parc municipal de Plaine-d’Argenson à Prissé-la-Charrière accueillera le Festival du jeu Sud-Deux-Sèvres.

Pour cet évènement, le maire, Jean-François Salanon, précise que « la commune va mettre à disposition gratuitement le site communal bien arboré, avec ses équipements et les salles accessibles aux personnes à mobilité réduite avec la condition que l’accès au festival soit gratuit pour tous les publics (famille, personne seule, en situation de handicap de 3 à 99 ans) ».

Promouvoir les activités liées aux jeux

La manifestation a pour objectif de promouvoir les activités liées aux jeux et dans toutes ses déclinaisons (escape game, jeux de société, jeux vidéo, jeux de rôles, jeux de plateaux).

Ce premier week-end de juin, plusieurs animations prendront place : fan’s league, cosplay, flippers, escape game, jeux d’extérieur, espace petite enfance, chasse au trésor et bien d’autres animations ludiques.

Pour l’instant, plus de dix associations sont engagées et seront présentes le vendredi dès 19 h 30, le samedi et le dimanche dès 10 h. Restauration possible sur place. Un appel aux bénévoles est lancé.

Renseignements complémentaires auprès de Geoffrey Oger, fondateur du projet ; Sébastien Garnier, référent local, palf.contact@bbox.fr ; ludiquement.votre.asso@gmail.com ou 06.59.53.63.05.

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 27/03/2023

Plaine-d’Argenson : une supérette autonome et connectée à l’étude

Jeudi 2 mars 2023 au soir, le conseil municipal de Plaine-d’Argenson s’est réuni en session ordinaire dans la salle socio-éducative de Prissé-la-Charrière, sous la présidence de Jean-François Salanon, le maire.

Supérette. Offrir un service 24 heures sur 24 et sept jours sur sept, c’est le concept développé par API. De conception et fabrication françaises, les supérettes API « sont au service du monde rural, avec des convictions et de forts engagements sociaux et écologiques, pour le bien des villages et des habitants ». L’enseigne propose « 700 produits du quotidien au même prix que ceux pratiqués par la grande enseigne qui fournira les magasins ».

Après la présentation en séance de ce nouveau service, le maire invite les conseillers municipaux à réfléchir sur ce projet d’implantation. La commune doit mettre à disposition le branchement électrique, une connexion Internet et un emplacement. Après en avoir délibéré, à l’unanimité, l’assemblée accepte d’examiner ce service de proximité.

Maison familiale et rurale. Le conseil municipal accorde une subvention de 50 € pour une stagiaire de la MFR angérienne.

Adhésions 2023. Les conseillers municipaux, à l’unanimité, renouvellent l’adhésion à divers organismes : CAUE (100 €), Fredon (70 €), Fondation du patrimoine (200 €), ID 79 (100 €), association des maires ruraux (119 €), association des maires 79 (non connue ce jour).

Admission en non-valeurs. Le conseil accepte l’effacement d’une dette de 382 €.

Agent contractuel. Si nécessaire et dans l’urgence, l’assemblée autorise le maire à recruter un agent contractuel.

Semaine du développement durable. Cette opération retient l’attention des élus, il faut maintenant réfléchir sur un thème pour la période juin ou septembre. La CAN participe à hauteur de 500 €.

Bibliobus. Un véhicule devrait circuler sur le territoire de l’agglomération. Deux arrêts sont demandés pour la commune (un au nord, un au sud). Le service est gratuit et permet de commander des documents papiers ou numériques qui seront livrés lors du passage du bibliobus.

Chats errants. Pour l’instant, la campagne d’identification et de stérilisation est terminée. Elle a porté ses fruits.

Conseil municipal des enfants. Le maire donne le compte rendu d’une dernière rencontre fructueuse, dans une ambiance calme et constructive.

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 07/03/2023

Pelles, bottes et poussettes devant la mairie de Plaine-d’Argenson

Les familles étaient au rendez-vous pour l’opération plantations. © Photo NR

Familles et élus de Plaine-d’Argenson étaient rassemblés ce samedi matin à proximité de l’ancienne mairie de Saint-Étienne-la-Cigogne pour une opération plantations.

Les familles se sont retrouvées sur le chantier piloté par les membres du centre communal d’action sociale.

Les parents des enfants nés en 2020, 2021 et 2022 sont venus avec la pioche, la pelle, l’arrosoir et la poussette planter un arbre préparé par le CCAS.

Érables, chênes, liquidambars, micocouliers, noisetiers ont pris place dans les espaces verts.

Une ardoise portant le prénom du bébé et sa date de naissance a été ajoutée au pied de chaque sujet.

Les 25 enfants ont reçu le certificat de cette opération.

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 28/02/2023

L’heure du bilan pour le club du Parc

Assise, Louisette Rivet, la présidente (2e à partir de la droite) est entourée des membres du bureau,
du maire et du président des Sociétés réunies. © Photo NR

La salle socioculturelle de Plaine-d’Argenson accueillait jeudi 16 février 2023, l’assemblée générale de l’association. Avant l’ouverture de la séance, Louisette Rivet a demandé à l’assemblée d’observer une minute de silence en mémoire d’une adhérente disparue en 2022, Geneviève Sublaurier.

Les différents rapports moral, d’activités, financier n’appellent aucune remarque, ils sont approuvés à l’unanimité.

Pour raison de santé, Jacques Rivet fait savoir qu’il quitte le bureau. Pour le renouvellement du tiers sortant, Pierre Marolleau n’est plus candidat. Chantal Menon, Michel Théry, Dany Lecadet sont réélus. Robert Thirion est élu et vient compléter le bureau.

La présidente a ensuite évoqué les manifestations 2023. Au programme : concours de belote le 11 mars et le 10 octobre, pique-nique le 15 juin et le 7 septembre, repas du club le 19 octobre, les mini-concours de belote 20 avril, 21 septembre, 16 novembre, bûche de Noël le 14 décembre et galette des Rois le 11 janvier 2024.

Avant de clôturer l’assemblée générale, Louisette Rivet a salué pour leur présence et leur aide, Jean-François Salanon, le maire, et Freddy Guibert, le président des Sociétés réunies.

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 18/02/2023

Le Smaep revoit le prix de l’eau

L’eau ne coule pas de source et son prélèvement dans les nappes phréatiques nécessite
l’utilisation de puissantes pompes, énergivores.
© Photo NR

Le Smaep 4B (Syndicat d’alimentation en eau potable) distribue 1 650 000 m3 à 16.780 abonnés desservis grâce à 55 postes électriques, lesquels consomment environ 2,9 millions de kW/h par an. Contraint de s’approvisionner sur un marché concurrentiel de plus en plus cher et non éligible au bouclier tarifaire, le Syndicat a décidé « de préserver ses abonnés en plafonnant la hausse du prix de l’eau potable à 0,15 €HT/m3 sur la prochaine facturation ».

Le président du Smaep 4B, Bernard Belaud, Maryse Mornet-Kohler, vice-présidente, et le directeur, Bastien Bonnaud, expliquent la situation : « Pour que l’eau puisse couler lorsque l’on ouvre le robinet à la maison, plusieurs étapes du petit cycle de l’eau nécessitent l’utilisation parfois intensive d’électricité : le prélèvement de l’eau dans les nappes phréatiques et son acheminement en hauteur dans les cuves de stockage des châteaux d’eau nécessitent l’utilisation de puissantes pompes. Et pour desservir les zones où le gravitaire ne suffit pas, il est également nécessaire d’utiliser des pompes de surpression. »

Jusqu’en 2021, les dépenses d’électricité représentaient environ 0,16 € par mètre cube d’eau distribuée aux abonnés. En 2022, elles passent à 0,20 € et pour 2023, le Syndicat s’attend à une hausse inédite de plus de 600 000 €, ce qui fera grimper son coût à plus de 0,57 € par mètre cube.

Moins d’investissements pour limiter le prix

Et ce n’est pas la seule hausse de coûts à laquelle le Syndicat doit faire face. L’augmentation de celui des matières premières a par exemple entraîné celle des marchés publics de 20 à 30 %. En revanche, l’application de l’amortisseur électricité qui devrait permettre une réduction d’environ 120.000 € sur la facture 2023 a été demandée.

Pour maintenir son niveau d’investissement pour le renouvellement des réseaux et des ouvrages, le Syndicat devrait augmenter le prix du mètre cube vendu de 0,41 € HT. Aussi, les élus du Syndicat ont décidé de réduire de 450 000 € les investissements en 2023 et de limiter à 0,15 € HT le prix du mètre cube (soit environ + 19 € TTC pour 120 m3).

« Pourtant, le Syndicat a d’importants travaux structurants à mener avec notamment la création d’un nouveau château d’eau de 950 m3 sur la commune d’Alloinay afin de sécuriser l’alimentation du secteur et permettre la destruction à terme de quatre châteaux d’eau vétustes. Un nouveau programme Re-Sources de reconquête de la qualité de l’eau sur les douze captages classés « Grenelle » sur les vingt-neuf que compte le Syndicat va également démarrer cette année pour les cinq années à venir. »

Enfin, il est prévu de s’associer à sept autres services d’eau du département pour obtenir des tarifs d’électricité groupés et optimisés par rapport aux spécificités des besoins des services d’eau potable, à partir de 2024.

Pour en savoir plus : syndicat4b.fr

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 16/02/2023

Plaine-d’Argenson : cinquième anniversaire pour la commune nouvelle

Le sénateur Philippe Mouiller, la conseillère départementale Séverine Vachon et les élus de la commune,
adultes et enfants, après les discours.
© Photo NR

En ce début d’année, Jean-François Salanon, le maire de Plaine-d’Argenson, a accueilli pour la cérémonie d’échanges de vœux les élus, les représentants de la gendarmerie et des pompiers et les habitants venus en grand nombre.

Le premier magistrat a rappelé les travaux réalisés dans la commune nouvelle, les différentes acquisitions d’équipement et les grandes manifestations de l’été.

Il est nécessaire d’entretenir le patrimoine communal, classé ou non, mais aussi les 50 km de routes. Le maire a profité de l’occasion pour remercier les agents communaux en soulignant leur efficacité. Il les a également présentés à la population.

De son côté, Denis Ploquin, premier adjoint, en charge des affaires scolaires, a rappelé l’attachement de la municipalité au bon fonctionnement de « notre chère école » et les services offerts aux familles. Les conseillers municipaux enfants se sont présentés.

Avant de clôturer la cérémonie, le premier magistrat a annoncé l’opération de plantations Une naissance, un arbre qui se déroulera à Saint-Étienne-la-Cigogne le samedi 25 février à 10 h.

Autre nouveauté, le site web de la commune est ouvert (plainedargenson.fr).

Enfin, la ligne 26 est opérationnelle entre Plaine-d’Argenson et Niort, l’offre de transport en bus est gratuite.

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 25/01/2023

Les sociétés réunies planifient leur calendrier

Samedi matin, les six associations de la commune ;
la boule en bois, la chasse, l’APE, le club du parc, Game’s ville et la mairie étaient rassemblées pour l’assemblée générale.

Freddy Guibert, le président des Sociétés réunies, a dressé le bilan moral et d’activités de l’année écoulée.

Le trésorier a de son côté présenté un bilan financier rassurant.

Au cours des débats, l’assemblée a décidé l’achat d’un logiciel de gestion financière, cet équipement permettra d’afficher la sincérité et la transparence des nombreuses opérations et activités de l’association.

Les adhérents ont dressé le planning des manifestations de l’année 2023 : le repas cochonnaille, les lotos, la brocante, la choucroute.

Pour le matériel appartenant à l’association et installé dans la salle des fêtes, les adhérents décident sa rétrocession à la commune qui en assurera désormais la maintenance.

L’élection des membres du bureau aura lieu le jeudi 26 janvier à 19 h 15.

Le président a ensuite invité les participants à partager le verre de l’amitié.

Freddy Guibert (au centre en pull blanc) est entouré de quelques membres de l’association. (Photo NR)

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 20/01/2023

Plaine d’Argenson
La rentrée des conseils municipaux

Au premier rang, le conseil municipal des enfants, encadrés par le conseil municipal des adultes. (Photo NR)

Le mètre cube d’eau potable subit une augmentation de 15 centimes et sera facturé maintenant 1,74.
L’abonnement annuel reste fixé à 85 €.
Jean-François Salanon, le maire, a installé dans leurs fonctions les jeunes conseillers municipaux élus lors du dernier scrutin. Le premier magistrat dispense ensuite une belle leçon d’instruction civique sous le regard attentif des parents présents.
Appel à candidatures, majorité absolue, majorité relative, dépouillement, tout le vocabulaire électoral est expliqué aux jeunes élus.
Une victoire difficile, après trois tours de scrutin, Marin Bigot Palpacuer est élu à la majorité relative maire du CME. Même difficulté pour l’élection du premier adjoint, après trois tours de scrutin, Manoé Brillaud est élue à la majorité relative première adjointe au maire.

Samedi 7 janvier 2023 au matin, la salle socio-éducative de Prissé-la-Charrière accueillait le conseil municipal et sa version juvénile, le conseil municipal des enfants (CME).
La mission médiation, mode de règlement amiable d’un conflit entre un agent et la collectivité est mise en place par le Centre de gestion.
Le tarif forfaitaire (400 ou 500 e) et le tarif horaire en cas de dépassement (60 ou 7() € ) sont acceptés, la commune adhère au dispositif.
L’assemblée décide de conserver la maintenance de deux photocopieurs sur le territoire communal, un pour la mairie et un autre pour l’école.
Le maire présente trois devis, le conseil retient le devis de l’entreprise SBS implantée à Chauray et autorise le maire à signer un contrat pour une durée de cinq ans.
Onze arbres du parc municipal seront identifiés, le devis pour la fourniture des poteaux, platines et panneaux est accepté.

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 14/01/2023

Courrier de l’Ouest Deux-Sèvres – Edition du 31/12/2022
Courrier de l’Ouest Deux-Sèvres – Edition du 14/10/2022
Courrier de l’Ouest Deux-Sèvres – Edition du 16/09/2022
Courrier de l’Ouest Deux-Sèvres – Edition du 31/08/2022
Courrier de l’Ouest Deux-Sèvres – Edition du 30/08/2022
Courrier de l’Ouest Deux-Sèvres – Edition du 06/08/2022
Courrier de l’Ouest Deux-Sèvres – Edition du 20/07/2022
Courrier de l’Ouest Deux-Sèvres – Edition du 02/07/2022
La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 24/06/2022
Courrier de l’Ouest Deux-Sèvres – Edition du 24/06/2022
La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 22/06/2022
Courrier de l’Ouest Deux-Sèvres – Edition du 22/06/2022
Courrier de l’Ouest Deux-Sèvres – Edition du 20/06/2022
Courrier de l’Ouest Deux-Sèvres – Edition du 20/06/2022
Courrier de l’Ouest Deux-Sèvres – Edition du 14/06/2022
Courrier de l’Ouest Deux-Sèvres – Edition du 14/06/2022
Courrier de l’Ouest Deux-Sèvres – Edition du 12/06/2022
Courrier de l’Ouest Deux-Sèvres – Edition du 11/06/2022
Courrier de l’Ouest Deux-Sèvres – Edition du 10/06/2022
Courrier de l’Ouest Deux-Sèvres – Edition du 09/06/2022
Courrier de l’Ouest Deux-Sèvres – Edition du 07/06/2022
Courrier de l’Ouest Deux-Sèvres – Edition du 07/06/2022
Courrier de l’Ouest Deux-Sèvres – Edition du 03/06/2022
Courrier de l’Ouest Deux-Sèvres – Edition du 27/05/2022
Courrier de l’Ouest Deux-Sèvres – Edition du 20/05/2022
Courrier de l’Ouest Deux-Sèvres – Edition du 19/05/2022
La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 18/05/2022
Courrier de l’Ouest Deux-Sèvres – Edition du 11/05/2022

La Nouvelle République – Deux-Sèvres – Edition du 28/04/2022
Courrier de l’Ouest Deux-Sèvres – Edition du 12/04/2022
Courrier de l’Ouest Deux-Sèvres – Edition du 08/04/2022
Le FIGARO – Edition du 16/02/2022
Courrier de l’Ouest Deux-Sèvres – Edition du 10/02/2022
Courrier de l’Ouest Deux-Sèvres – Edition du 10/02/2022
Courrier de l’Ouest Deux-Sèvres – Edition du 08/02/2022
Courrier de l’Ouest Deux-Sèvres – Edition du 29/01/2022
Courrier de l’Ouest Deux-Sèvres – Edition du 28/12/2021
Plaine d'Argenson - Les écoliers plantent la forêt de demain.
Courrier de l’Ouest Deux-Sèvres – Edition du 06/12/2021
Courrier de l’Ouest Deux-Sèvres – Edition du 16/11/2021
Courrier de l’Ouest Deux-Sèvres – Edition du 08/09/2021
Courrier de l’Ouest Deux-Sèvres – Edition du 31/08/2021
Courrier de l’Ouest Deux-Sèvres – Edition du 28/06/2021
Haut de page
Retour en haut